European Elections Interview with Ministerial delegate for the SSE Maxime Baduel

(French below)

 

Just ahead of the 2024 European elections, Cooperatives Europe had the opportunity to exchange with Maxime Baduel, Ministerial delegate for the social and solidarity economy in France, on access to finance, social justice and business transfers. In this interview, Maxime Baduel talks about his strategic vision for the social and solidarity economy (SSE) in France and the challenges ahead, the next European Commission’s future program on social economy, and the importance of cooperatives in building a “Republic of Links”.

 


 

Your professional career has been marked by a strong commitment to the Social Economy for many years. Where did this commitment come from?

“There are family and professional roots to this commitment. I first got into the social and solidarity economy through Corporate Social Responsibility (CSR) and impact investing. Recently, I was the Managing Director of Solidarités nouvelles pour le logement, a federation of 6 associations in the Greater Paris region dedicated to housing and supporting the most vulnerable households.”

 

France has a very dynamic cooperative movement, both in its territories and in its various sectors. However, the movement is not without its challenges. What are the main areas of concern for cooperatives in France? What is your strategic vision for consolidating and developing the sector in the years ahead?

“I have identified three main challenges:

  • Business transfer and buyouts in the form of cooperatives. 25% of SME managers will soon be handing over the reins. This represents a tremendous opportunity for the SSE and particularly for the cooperative movement. It is up to us to facilitate these transfers, in particular the associated financial arrangements and access to employee shareholding.
  • The development of SCICs – Société coopérative d’intérêt collectif (Collective interest cooperative society). They offer excellent opportunities for organizing and developing multi-stakeholder territorial cooperation. We must promote them and continue to secure their legal status, better protect their managers and employees, and facilitate their development (in particular by strengthening their economic model).
  • Promoting SCOPs – Société coopérative et participative (Cooperative and Participative Societies). Because they embody the concept of shared governance and shared value, they are destined to influence and inspire the conventional economy, and to promote the idea of a social economy that is ever more ambitious with itself.”

 

The last few years have been particularly fruitful for the social economy at the European level, with the publication of the European Action Plan for the Social Economy (2021) and the Council Recommendation on Framework Conditions for the Social Economy (2023). What are France’s expectations or plans for the next European Commission in the field of social economy? Will France be among the main supporters of the social economy in the institutions (particularly the Council of the EU)?

“We recently signed the Liège Declaration, which includes numerous recommendations to the Council and Commission:

  • A dedicated commissioner, a central place in the next commission’s work program, strategic and operational support for the action plan and the Council recommendation.
  • Equal access to all European finance instruments and funds
  • Easier access to public procurement through greater use of social and environmental criteria
  • A general adaptation of the State aid rules through the integration of a specific exemption benefiting players in the social economy.
  • The coordinated development of statistical tools to better measure the impact of the SSE, so as to better understand it and support its development.”

 

“Yes, the social and solidarity economy is fundamentally political.”

We are witnessing the rise of extremes in France, growing precarity and economic hardship, the perception that social ties are weakening, etc. What role can the social economy and French cooperatives play in reversing this trend?  Is the social economy political?

“Yes, the social and solidarity economy is fundamentally political.

It is at the heart of all the solutions and forms of solidarity that are built collectively, as close as possible to local needs. The SSE is present everywhere, in every dimension of our existence, in every sector and at every stage of life.

The social and solidarity economy is also an economy that, particularly through the cooperative model, collectively produces goods and services that meet the challenges of major transitions, particularly environmental ones. It promotes ways of producing and consuming that meet the challenges of sustainable development.

Finally, the SSE is reinventing the economy through its entrepreneurial methods and values, in the service of the general interest. It promotes economic democracy and social justice, in terms of governance, collective ownership and the sharing of value.”

We need the social and solidarity economy to be the beating heart of this Republic of Links, to be a fully-fledged political force at the service of shared well-being, social transformation and the emancipation of all.”

 

The UN has declared 2025 the International Year of Cooperatives. Cooperatives Europe and its members, as well as the International Cooperative Alliance, are determined to put the cooperative model in the spotlight. Are you planning to organize anything to mark the occasion?

“Yes, we are working with Coop FR, ESS France and the main cooperative players to build an ambitious agenda to highlight the cooperative model and the issues and practices associated with it. The cooperative model must continue to shape the way we do business, our relationship with employment, and the way we consume. At the same time, it needs to be made more visible to the general public.”

 

 




(FRENCH)

Juste avant les élections européennes de 2024, Cooperatives Europe a eu l’opportunité d’échanger avec Maxime Baduel, Délégué ministériel à l’économie sociale et solidaire, auprès d’Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme en France. A travers cet entretien, Maxime Baduel parle de sa vision stratégique de l’ESS en France, du future programme de la nouvelle Commission européenne en matière d’économie sociale et de l’importance des coopératives dans la construction d’une « République du lien ».  


 

Votre parcours professionnel témoigne d’un fort engagement pour l’ESS depuis de nombreuses années. D’où vous est venu cet engagement ?

“Il y a des racines familiales et professionnelles à cet engagement. Professionnellement, je suis d’abord venu à l’ESS par la RSE et l’investissement à impact. Récemment j’étais Directeur général de la fédération Solidarités nouvelles pour le logement, une fédération de 6 associations franciliennes dont la vocation est de loger et d’accompagner les ménages les plus fragiles.”

 

La France bénéficie d’un mouvement coopératif très dynamique, tant sur ses territoires que dans les différents secteurs. Cependant, le mouvement n’est pas exempt de tout défis. Quels sont les principaux enjeux auxquels font face les coopératives en France ? Quelle est votre vision stratégique pour consolider et développer le secteur dans les années à venir ?

“J’identifie trois enjeux principaux :

  • La transmission et la reprise d’entreprises sous forme coopérative.
    25% des dirigeants de PME passeront bientôt la main. Cela constitue une formidable opportunité pour l’ESS et particulièrement pour le mouvement coopératif. Il nous appartient de faciliter ces transmissions notamment les montages financiers associés et l’accès au sociétariat des salariés.
  • Le développement des SCIC. Elles constituent de formidables opportunités pour organiser et développer les coopérations territoriales multi-acteurs. Nous devons les promouvoir et continuer à sécuriser leur statut juridique, à mieux protéger leur dirigeants et leurs salariés et à faciliter leur développement (notamment à solidifier leur modèle économique).
  • La promotion des SCOP. Parce qu’elles sont emblématiques du partage de la gouvernance et de la valeur, elles ont vocation à polliniser et inspirer l’économie conventionnelle et à porter l’idée d’une ESS toujours plus exigeante avec elle-même.”

 

Ces dernières années ont été riches pour l’ESS au niveau européen avec la publication du Plan d’Action européen pour l’économie sociale (2021) et la Recommandation du Conseil sur la mise en place des conditions-cadres de l’économie sociale (2023). Quelles sont les attentes ou les projets de la France pour la prochaine Commission européenne en matière d’économie sociale ? La France sera-t-elle parmi les principaux soutiens à l’économie sociale dans les institutions (particulièrement le Conseil de l’UE) ?

“La France continuera à jouer un rôle majeur dans le soutien à l’économie sociale en Europe. Nous avons récemment signé la déclaration de Liège qui comporte de nombreuses recommandations portées auprès du Conseil et de la Commission :

  • Un commissaire dédié, une place centrale dans le programme de travail de la prochaine commission, un portage stratégique et opérationnel du plan d’action et de la recommandation du Conseil
  • Un égal accès à l’ensemble des instruments de financements et fonds européens
  • Un accès facilité à la commande publique à travers le recours renforcé aux critères d’utilité sociale et environnementale
  • Une adaptation générale du régime des aides d’État via l’intégration d’une exemption spécifique bénéficiant aux acteurs de l’économie sociale
  • Le développement renforcé et coordonné d’outils statistiques permettant de mieux mesure les impacts de l’ESS, de mieux la connaitre afin d’en soutenir davantage le développement”

 

“Oui l’économie sociale et solidaire est profondément politique.

Nous voyons en France la montée des extrêmes, la hausse de la précarité et des difficultés économiques, la sensation que le lien social se dissout, etc. Quel rôle l’ESS et les coopératives françaises peuvent-elles jouer pour renverser la tendance ? Est-ce que l’économie sociale est politique ?

“Oui l’économie sociale et solidaire est profondément politique.

L’ESS est au cœur de toutes les solutions et de toutes les solidarités du quotidien, construites collectivement au plus près des besoins et des territoires. L’ESS est présente partout, dans toutes les dimensions de notre existence, dans tous les secteurs et à tous les âges de la vie.

L’ESS est aussi cette économie fabriquant collectivement, particulièrement à travers le modèle coopératif, des biens et des services répondant aux enjeux des grandes transitions notamment environnementale. Elle promeut des manières de produire et de consommer en lien avec les enjeux de développement durable.

L’ESS réinvente enfin l’économie par ses modes d’entreprendre et ses valeurs, au service de l’intérêt général. Elle est porteuse de démocratie économique et de justice sociale, tant en ce qui concerne la gouvernance, la propriété collective que le partage de la valeur.

Face à la montée des tensions et des séparatismes, face à la brutalité des inégalités, nous avons plus que jamais besoin d’une “République du lien”.

Nous avons besoin que l’économie sociale et solidaire soit le cœur battant de cette République du lien, qu’elle soit pleinement politique au service du bien être partagé, de la transformation sociale et de l’émancipation de tous.”

 

L’ONU a déclaré 2025 l’année internationale des coopératives. Coopératives Europe et ses membres ainsi que l’Alliance Coopérative Internationale comptent bien mettre en lumières le model coopératif. Comptez-vous organiser quelque chose à cette occasion?

“Oui nous travaillons avec Coop FR, ESS France et les grands acteurs coopératifs à construire un agenda ambitieux permettant de mettre en lumière le fait coopératif et les enjeux et pratiques qui lui sont liés. Le modèle coopératif doit continuer à structurer toujours davantage les manières d’entreprendre, notre rapport à l’emploi mais aussi nos manières de consommer. De même, sa visibilité grand public doit être accrue.”

 

 

Execution time: 0.0111 seconds

Latest newsletter editions

Share :

Pin It on Pinterest